Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

« Viagra® » en aérosol

En France, 32% des hommes de plus de 40 ans déclarent avoir des troubles de l'érection, soit 1 homme sur 3. Aux Etats-Unis, la dysfonction érectile toucherait 18 millions d’hommes, surtout à partir de 40 ans. Outre l’avance en âge, ses principaux facteurs de risques sont sédentarité, tabagisme, hypercholestérolémie.  C’est un handicap qui incitera de plus en plus d’hommes à demander un traitement, Vagra® (suivi de Cialis® et de Levitra®) ayant libéré les hommes d’un certain tabou.

Un laboratoire pharmaceutique du New Jersey, NovaDel Pharma Inc., annonce les résultats positifs obtenus avec sa formulation en aérosol pour inhalation de citrate de sildénafil (principe actif du Viagra®).

Les résultats montre que l’aérosol  Duromist® égale au moins le comprimé de Viagra® en termes de traitement extemporané, donc de pharmacocinétique, de la dysfonction érectile. Il se pourrait même que la forme aérosol soit plus efficace concernant la « préparation » adéquate à la relation sexuelle.

NovaDel Pharma est un laboratoire spécialisé dans la formulation en aérosol de médicaments courants (technologie NovaMist®), ce principe galénique permettant d’abord de compenser l’impossibilité de traiter un patient par formes orales solides ou liquides, mais assurant également une pharmacocinétique plus efficace dans la mesure où le principe actif passe rapidement, après pulvérisation buccale, dans la circulation générale.    

La forme aérosol (buccale, inhalée) montre plusieurs avantages sur la forme comprimé : activité pharmacologique plus précoce ; nécessité de doses moindres ; meilleure observance ; non nécessité d’avaler ; non nécessité d’eau ; biodisponibilité supérieure par non passage hépatique. 

L'essai a en effet confirmé l'avantage du non passage par le foie (problème des médicaments per os), ce premier passage entraînant l’inactivation partielle d’un médicament… ou au contraire la production de son métabolite pharmacologiquement actif.

Duromist® a démontré un excellent profil de sécurité et une bonne tolérance dans cette étude, qui n’a révélé aucune irritation buccale et aucun autre effet indésirable attendu, même avec 3 doses.

(NovaDel Pharma Inc.)

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

le Test du Bonhomme : Test d’Intelligence de l’Enfant

 

Tout enfant veut apprendre, se connaître et se représenter. Le dessin du "bonhomme" d'un enfant nous montre son identification à l'être humain, son vécu affectif et sa maturation sensori-motrice.


Dés le plus jeune age le jeune enfant, une fois dépassé le stade oral, cherche à s’exprimer librement avec un crayon ou tout autre instrument. Par ses dessins l’enfant exprime ses émotions, ses joies, ses peines, l’amour ou la peur…
L’enfant dans ses dessins utilise le soleil, l’eau, l’arbre, la maison, le bonhomme.
Tous ces symboles exprimés lui permettent de se situer par rapport à son environnement.
Le dessin permet de suivre son développement psychologique et affectif. Il permet aussi de dévoiler la manière dont il vit ses rapports avec son entourage, il éclaire les rôles respectifs de chacun des membres de sa famille.

L'apprentissage d'un dessin de "bonhomme" se fait toujours de façon identique :

- Les premiers gribouillis (entre 17 et 24 mois) sont un langage spontané par lequel l’enfant parle, explique, raconte tout ce qu’il ne peut exprimer par la parole.

- Jusqu'à 2-3 ans : gribouillage et griffonnage, l’enfant commence à tracer des spirales, prémices du bonhomme têtard.

- Entre 3 et 12 ans : le dessin de l'enfant est caractérisé par le schématisme et l'intention représentative. Au cours de cette période, l'évolution va dans le sens d'une plus grande ressemblance entre le dessin et ce qu'il représente. Chez certains enfants doués d'un tempérament artistique peuvent apparaître assez tôt le style personnel, le sens des valeurs picturales.

- Entre 3 et 4 ans : "bonhomme tétard". L’enfant se dessine tel qu'il se perçoit. Ce premier vrai bonhomme est figuré par un rond qui représente à la fois la tête et le tronc vus de face, auxquels sont attachés quatre bâtons (deux jambes et deux bras) et des cheveux, la plupart du temps dressés sur le sommet de la tête. Plus il grandit, plus le personnage s'agrémente de détails (des yeux, une bouche... sous forme de points ou de petits ronds). Le bonhomme têtard est commun à tous les enfants du monde. Il évolue au fur et à mesure que l’enfant prend conscience de son schéma corporel. Il est remplacé ensuite par le « bonhomme patate », plus rond et de mieux en mieux formé.

- De 5 à 6 ans : ajouts de vêtements, détails, objets, décors et de couleurs réelles.

- De 7 à 8 ans : "bonhommes" de profil avec des détails et des proportions plus réalistes.

Dans le test du bonhomme, quand certains éléments du dessin de l’enfant sont reconnus comme des parties du corps humain, ils valent un point : la tête, les jambes, un vêtement, le nombre correct de doigts, etc.
Le nombre de points additionnés correspond à l'âge mental de l'enfant.

Le niveau intellectuel de l'enfant, son QI (quotient intellectuel) est trouvé en fonction de son âge mental divisé par son âge réel x 100.

Le dessin est une écriture inconsciente. Selon l'épaisseur du trait, sa place dans la feuille, la taille des personnages représentés et la couleur choisie, on note telle ou telle signification affective.

Cependant, ne tentez pas d'analyser les « chefs-d'œuvre » de votre tout-petit. C’est un vrai travail de professionnel !

Laissez votre enfant s'amuser avec une feuille de papier et des crayons de couleurs. Sachez que le dessin reste un excellent moyen de développer sa sensibilité. Et c’est avant tout un passe-temps accessible à tous.

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy