Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

Le toucher d'amour

 

Rencontre avec le Sensitive Gestalt Massage

Ouvrage de Martine Berger

Le Sensitive Gestalt Massage est dérivé du massage californien, forme de massage sensuel. Ulla Bandelow découvre le massage californien aux Etats-Unis et l’importe en France. De formation gestaltiste, elle ressent très vite le besoin de poser un cadre sécurisant à ce massage afin d’éviter certains débordements observés pendant les formations. Elle y ajoute un protocole inspiré du cycle de contact en gestalt thérapie – pré-contact en début de séance et temps de séparation en fin de séance –, elle introduit des temps de parole et de feedback et demande également au massé d’être acteur de son massage par la respiration et l’écoute de son propre ressenti.

Un Sensitive Gestalt Massage dure en moyenne une heure trente. Ce toucher lent alterne des mouvements en profondeur à des touchers plus fluides et légers. En utilisant la respiration, il favorise une profonde relaxation. Il permet aussi de se rendre compte combien notre mental agité a du mal à lâcher prise, le temps de s’apprivoiser, de s’autoriser à ressentir sans peur du jugement et sans attente surdimensionnée. Le corps respire, la détente s’installe.

Dans cet ouvrage, Martine Berger raconte son propre parcours, sa découverte du Sensitive Gestalt Massage et les bienfaits qu’elle a tirés de ce travail psychocorporel. Dans un deuxième temps, elle aborde quelques cas pratiques dont elle a fait l’expérience et montre ainsi quels types de problèmes cette forme de massage peut aider à résoudre : stress, besoin de contact humain et d’écoute, manque de confiance en soi, etc. Finalement, elle présente des exercices à faire à deux, avec de nombreux conseils et des illustrations

 

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

Hyperactivité : le sommeil en cause ?

Le déficit d’attention et l’hyperactivité forment un duo dont les conséquences, en l’absence de prise en charge adaptée, peuvent être néfastes. Une série d’études montre de nombreuses associations entre ce syndrome et les troubles du sommeil, ouvrant de nouvelles pistes de traitement.

Il bouge, il s’agite, il parle tout le temps, c’est une « tornade »… mais avant tout, le gros problème de l’enfant ou de l’adulte « hyperactif », c’est qu’il n’arrive pas à se concentrer. Résultat : il est gêné dans les apprentissages, dérange ses proches, et ses difficultés affectent tous les domaines de sa vie quotidienne. Le trouble déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH) est un trouble de la vigilance. Le cerveau n’est pas assez « éveillé » et le patient se comporte comme s’il devait lutter contre la fatigue, d’où l’agitation et le manque de concentration.

Près de 200 000 enfants pourraient être concernés, de façon plus ou moins importante. Le TDAH est un problème de santé publique, car il entraîne dans de nombreux cas un échec scolaire, mais aussi des difficultés psychosociales, affectives et professionnelles – chez les enfants, puis à l’âge adulte. Il s’agit en effet d’un trouble développemental, évoluant tout au long de la vie. Il serait dû à un mauvais fonctionnement de la circulation de l’information dans le cerveau, via les neurotransmetteurs, notamment au niveau des systèmes dopaminergiques et noradrénergiques.

L’hyperactivité est souvent associée à des troubles du sommeil, un lien encore souvent méconnu par les médecins. Chez l’enfant, ce peuvent être des difficultés d’endormissement, ou du maintien du sommeil nocturne. On peut aussi observer, chez l’enfant comme chez l’adulte, un « syndrome des jambes sans repos ». Un besoin irrépressible de bouger les jambes empêche le patient de s’endormir, et s’il y arrive, ses jambes échappent à son contrôle et bougent sans arrêt : on parle alors de « syndrome de mouvements périodiques des membres inférieurs ».
A l’Hôpital Robert Debré (AP-HP), le Dr Eric Konofal étudie depuis 10 ans les liens entre les troubles du sommeil et le TDAH. Ses recherches ont montré une augmentation de 30% de la motricité au cours du sommeil chez les enfants présentant un TDAH. Ces derniers ont également tendance à somnoler durant le jour – tout en s’agitant pour se maintenir éveillés – ce qui aggrave leur trouble.

Les études sur le sujet ont montré qu’une baisse des réserves de fer dans l’organisme pouvait être lié au déficit d’attention avec hyperactivité, tout comme aux troubles du sommeil, car le fer est impliqué dans le bon fonctionnement du système dopaminergique. Le Dr Konofal a ainsi retrouvé un manque de fer chez 84% des enfants « hyperactifs » participant à son étude.
Suite à ces résultats, un traitement de sulfate de fer pendant 3 mois a amélioré significativement leurs symptômes. D’autres recherches sont menées pour savoir si un apport de fer pourrait diminuer les troubles du sommeil.

Pour en savoir plus : http://www.thada-france.org/

(Flavie Chatel-Baudrier AP-HP)

 

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy