Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

Les dossiers de Conseil-Psy
Mieux vivre le départ de vos enfants

21 exercices d'EFT pour en finir avec les peurs et retrouver une vie sereine : le guide pratique pour être un parent heureux... même sans enfant à la maison !

Les enfants grandissent, deviennent des adultes, se transforment ; la relation avec eux change, on se sent d’un coup mise de côté, parfois humiliée, parfois rabaissée, parfois inutile, etc. Des peurs s’installent çà et là, mais n’évitent pas de passer ces zones de troubles. Et puis, en tant que femme, on se réveille (...)

Toutes ces peurs qui arrivent, et les enfants, que vont-ils devenir ? Les angoisses, les peurs de les voir partir ! Que vais-je faire après ?...

Comme toutes les femmes qui ont élevé des enfants et n’ont pas vu les années passer, Danièle Chiron a dû faire face à ces peurs, à ces questions... Praticienne de santé naturelle, elle a trouvé dans l’EFT des techniques simples et efficaces pour se libérer de ses émotions « négatives » et ainsi vaincre le stress, responsable de très nombreuses maladies.

Désireuse de partager avec le plus grand nombre de femmes - et mais aussi d’hommes - les bienfaits de l’EFT, Danièle Chiron publie aujourd’hui Mieux vivre le départ de vos enfants - 21 exercices d'EFT pour en finir avec les peurs et retrouver une vie sereine. 

Vous avez dit EFT ?

L’EFT, Emotional freedom techniques se traduit en Français par Techniques de libération des émotions. Tout comme l’acupuncture, l’acupression, le shiatsu, la kinésiologie ou encore la réflexologie, l’EFT constitue une technique énergétique, visant un rééquilibrage des flux énergétiques qui circulent le long des méridiens.

Danièle Chiron explique :

L’équilibre énergétique est indispensable au bon état physique et émotionnel de notre organisme. La Médecine traditionnelle chinoise (MTC) a démontré que la stimulation de points précis du corps permet de lever les blocages énergétiques, d’équilibrer l’énergie générale d’une personne, et par conséquent favoriser la vitalité et relancer les processus d’autoguérison. La méthode EFT permet de reconnecter l’esprit et le corps afin d’éliminer les émotions négatives, tout en optimisant l’état physiologique du corps.

 

Inspiré par la Thérapie du Champ Mental (TFT) du Dr Roger Callahan, Gary Craig,

ingénieur de Stanford en psychologie et maître praticien en PNL (Programmation Neuro

Linguistique) crée dans les années 1990 l’EFT. Au fil des années, il la simplifie et érige

une méthode aujourd’hui accessible au monde entier.

 
« L'hôpital : sans tabou ni trompette »
Une psychologue au chevet des soignants
par Valérie Sugg


Notre système de soins a pris un chemin de traverse depuis trente ans. Les dirigeants se sont gargarisés de cette médecine française réputée mondialement, de ses médecins innovants, mais voilà, les soignants ce ne sont pas que les médecins mais des équipes composées de différents corps de métiers qui tentent de faire entendre l'impasse dans laquelle nous entrons, dangereusement.

Un système de soins vieillissant et au management d'un autre temps.
Il était nécessaire, bien entendu, de mettre en place une stratégie pour juguler l'hémorragie financière hospitalière qui n'a pas su prendre le problème à sa base, qui a voulu soigner les causes mais pas la maladie. Car c'est le système de soins lui-même qui est malade. Trop d'administratifs, de chefs, de sous-chefs et pas assez de soignants, plus assez, bon nombre ont été remerciés ou dégoutés. Des investissements financiers mal gérés, un matériel de plus en plus vétuste. Mais aussi un management par la dévalorisation, la culpabilisation, la déshumanisation progressive des soins.

Les soignants refusent de devenir des techniciens du soin centrés sur à la rentabilité et ils en souffrent.
Il s'agit, peut-être, d'un problème de mentalité et il ne concerne pas que le domaine de la santé. Le management hospitalier a choisi de « gérer » le personnel soignant essentiellement par la pression, la culpabilisation, le chantage au patient (« restez encore, le pauvre patient sinon il n'aura pas… » sa soupe, son traitement etc.), la dévalorisation, la répression au travers, par exemple, de la notation annuelle qui devrait servir pour établir un projet commun, stimuler, encourager, valoriser mais qui, le plus souvent, ne fait que permettre ou bloquer l'évolution du salaire. Cette politique de rentabilisation, qui n'a pas voulu tenir compte des particularités du milieu des soins, fait souffrir ceux qui y travaillent face aux personnes malades ou résidents.

Les soignants sont maltraités et, du coup, deviennent parfois maltraitants.
Cela parât exagéré mais ce n'est pas le cas, ce sont eux les soignants qui l'expriment le mieux. C'est une forme de maltraitance qu'il subit quand, un chirurgien, est interpellé au bloc opératoire parce qu'il ne va pas assez vite et que le patient suivant est déjà endormi et qu'on lui demande d'accélérer, en pleine opération. C'est une forme de maltraitance quand on demande en Ehpad à une aide-soignante de faire la toilette de douze à quinze personnes le matin ou d'être seule aide-soignante présente la nuit pour cinquante résidents. C'est une forme de maltraitance que d'exiger d'une infirmière qu'elle reste une heure de plus parce que la chimio de madame D. n'est pas terminée et que l'infirmière de soir est déjà débordée. C'est aussi une forme de maltraitance que de remplir les rendez-vous de consultation rendant impossible le fait de prendre les personnes à l'heure ou alors en faisant des consultations « Express » qui ne prennent plus le temps d'écouter les particularités de chacun. Par conséquent, les soignants deviennent maltraitants puisque leur temps auprès du malade, du résident, est quasi chronométré. La recommandation d'une toilette en 6,66 minutes début 2017 est à l'image de ce qui se passe tant en milieu hospitalier, en Ehpad, en maison de retraite et nous sommes tous concernés. Parce que dans ce lit, à espérer une douche que les soignants n'ont parfois le temps de faire qu'une fois par mois; ce repas servi froid car il n'y a qu'une aide-soignante pour cinquante résidents ; ce pipi pour lequel elle est appelée mais qui n'attendra pas son arrivée, toutes ces « petites » choses rendent le quotidien des soignés douloureux. Et ça pourrait être moi, vous, votre père, votre mère, un proche.

Les responsables des structures de soins sont parfois incompétents.
Il faut bien oser le dire, certains le sont parce qu'ils dirigent des centres de soins sans jamais avoir mis un pied dans un service ni y avoir travaillé. Ils subissent aussi, sans aucun doute, la pression des économies à faire après tant d'années de gaspillage à tous les étages. A titre d'exemple, quand une infirmière, m'explique que l'hôpital a changé de fournisseur de compresses pour un moins cher mais que du coup il en faut trois à la place d'une pour le même résultat, elle est où l'économie ? Pourquoi certains décideurs qui ne savent pas de quoi ils parlent continuent-ils à mettre à mal la bonne volonté des soignants ? Ou quand un aide-soignant, me raconte qu'il a du changer son résident qui s'était souillé à mains nues car il n'y avait plus de gants en stock, que dire ? Quand Sophie, infirmière en soins palliatifs, pleure dans mon bureau parce que monsieur T. tellement amaigri ces derniers jours, n'a pas pu bénéficier d'une couverture en plus parce qu'il n'y en avait plus, que Mademoiselle C. n'a pu avoir un oreiller parce qu'il n'y en a pas alors qu'elle est si douloureuse et a besoin de se caler avec. Qui est responsable ? Le directeur de l'établissement qui lui n'est pas confronté à ce que cela fait vivre aux équipes et aux soignés de si douloureux, de ce manque d'humanité qui en dit long sur la façon dont chacun est considéré ou pas.

Des soignants qui se mettent en grève, se révoltent parfois se suicident.
Ce mode de gestion des soins engendre chez les soignants de la gêne, du dégoût, de la honte et, trop souvent aussi, de la culpabilité. Aucun soignant ne peut être fier d'une patiente dans la cinquantaine, épuisée par sa chimio et hospitalisée depuis une semaine qui ne peut pas bénéficier d'une douche. Aucun soignant ne peut se satisfaire que seuls douze résidents d'une Ehpad sur quatre-vingt puissent être sortis l'après-midi dans la cour ou accompagnés en salle d'animation. Aucun soignant ne peut être insensible à un jeune patient, vingt-cinq ans qui tremble de froid à l'accueil des urgences sur le brancard en plein courant d'air car la porte est cassée depuis trois mois et n'a pas été réparée. Aucun soignant ne peut se réjouir de cette autre patiente encore qui supplie qu'on la soulage, en fin de vie et que l'interne seul cette nuit, ne sait quoi faire parce qu'il remplace un médecin manquant plus qu'il n'est accompagné dans sa formation. De ce fait, ils sont malheureux, les soignants, parce que s'ils ont choisi de devenir soignants c'est justement parce qu'ils avaient un idéal. Ils ont choisi ce métier pour aider, accompagner, guérir aussi. Heureusement, il reste des services, des lieux de soins où tout se passe bien mais dans la plupart, c'est la bérézina sinon pourquoi tant de grèves, de SOS, de suicides chez les soignants et sur leurs lieux de travail, ça a du sens, non ? Ils ont honte, se sentent « complices » du système puisqu'incapables de s'y opposer. Ils subissent ou s'ils tentent de suggérer, de vouloir s'opposer, ils ne sont que trop rarement entendus, pourtant c'est bien eux qui sont en contact avec les personnes malades, les résidents, qui connaissent les besoins et ont des idées pour améliorer la situation. Mais voilà, plus personne ne prend le temps de les écouter.
Tout soin doit devenir rentable, le premier objectif n'est plus de soigner un être humain malade, accidenté, vieillissant mais d'être une source de profit pour l'hôpital, en Ehpad, en maison de retraite, partout. Même le parking devient payant !

Il existe pourtant des solutions, soyons optimistes.
Il faudrait faire évoluer les mentalités avec un management par la valorisation, l'encouragement. La gestion des centres de soins doit être faite par des gens dont c'est le métier afin d'éviter tous ces gaspillages, ces erreurs d'aiguillage. Donner des moyens aux soignants pour bien faire leur travail, les écouter, entendre ce qu'ils proposent et les considérer. Cette considération ne coûte rien mais réchauffe le cœur, augmente l'estime de soi et rend meilleur. Il y a beaucoup de bonnes volontés mais le système les a écrasés. Elles ne demandent qu'à rénover, améliorer et ce n'est pas qu'une question d'argent.
Et il y a urgence parce que si les soignants souffrent autant de ne pouvoir travailler comme ils le souhaitent c'est aussi parce qu'au-delà de ce que le système de soins actuel leur fait vivre, ils ont le souci des répercussions que tout cela a sur les personnes malades, sur les résidents et leurs proches. Chacun le sait sans vouloir le voir. Tout le monde connaît un proche hospitalisé, en maison de repos, en maison de retraite qui ne reçoit pas les soins que l'on aimerait qu'il reçoive, dont on sent que le personnel court et n'a pas assez de temps pour lui, pour elle. Ce que cela fait vivre aux soignés est aussi complexe. Un mélange de colère, de soumission, d'abandon, de tristesse, d'humiliation, de désespoir, de compassion pour ces soignants et surtout, la déshumanisation progressive des moments de soins de plus en plus écourtés.
 

Biographie
Valérie Sugg, psychologue dans un service de Cancérologie hospitalier, a été à l'écoute depuis 20 ans des personnes malades, de leurs proches mais, ces dernières années, c'est aussi les soignants auxquels elle a prêté son oreille et son temps. Elle le raconte dans son nouveau livre « L'hôpital : sans tabou ni trompette » aux éditions Kawa. Et c'est édifiant !
Auteure aussi de « Cancer : sans tabou ni trompette - Une psy à l'écoute des malades, de leurs familles et des soignants »

 
Celle qui écrivait des poèmes au sommet des montagnes

« ÉCOUTE TES ÉMOTIONS. » C'est le message que découvre Marcus sur son pare-brise en partant au travail, désabusé, avant une journée comme les autres.

Qui a bien pu lui écrire et lui déposer un tel billet ? Forcément une personne qui connaît ou a étudié ses habitudes.

Sa femme, Isabelle ? Son chef ? Un inconnu ? Cet homme mystérieux croisé a priori au hasard ?

Une chose est sûre, à partir de cet instant, la vie de Marcus va basculer. Au-delà de l'imaginable. Entre quête de sens, révélations et profond humanisme, cette odyssée de l'amour inconditionnel porte en elle toute la complexité de la nature humaine.

Un roman de développement personnel qui a le goût du pardon, un poème qui a l'odeur de l'altitude.

Né en 1979 à Annecy, Nicolas Fougerousse écrit depuis l'âge de 17 ans, parfois au sommet des montagnes. Il a exercé divers métiers dans la vente, le social, le web et l'édition. Nicolas aime également nous tenir en apnée (Championnats du monde 2015), en piscine ou en mer. Celle qui écrivait des poèmes au sommet des montagnes est son premier roman.

 
Ne marche pas si tu veux danser

 

Ne marche pas si tu peux danser n'est pas un simple roman initiatique, c'est une formidable introduction à la CNV, la communication non-violente.

À travers l'histoire de Sophia, une jeune trentenaire dans la tourmente, Anne van Stappen nous apprend les bases d'un nouveau langage, basé sur l'empathie et la bienveillance.

Truffé de mots de sagesses et de situations qui font réfléchir, ce merveilleux voyage au bout de soi et du monde nous emporte sans hésitation.

 
Sept jours pour vivre

 

« Tu vois, Antoine, là y’a deux coquelicots qui se touchent. Ils se prennent dans les bras pour danser… »

Que feriez-vous si vous appreniez qu’il ne vous reste que quelques jours à vivre, et si une inconnue vous invitait dans sa maison de campagne pour vous apprendre à respirer ?

Antoine, lui, ne réfléchit pas longtemps. Après avoir prévenu son associé, il quitte tout pour rejoindre Andernos, dans le sud-ouest de la France, avec ses peurs et son avenir en suspens.

Rythmé par l’improvisation quotidienne et porté par le regard écarquillé d’un petit garçon devant un champ de coquelicots, c’est à vous, finalement, que ce livre posera la plus grande question…

Et si vous n’attendiez pas l’irréversible pour commencer à vivre ?

Un roman généreux et authentique, un outil puissant d’accompagnement.

Valérie Capelle est orthophoniste à Bordeaux. Forte de sa formation en soins palliatifs, elle s’est spécialisée dans l’accompagnement en fin de vie. Sept jours pour vivre est son premier roman.

 

Parution : octobre 2017

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 7 sur 491

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

Oscar le Médicus, la nouvelle série d’Eli Anderson

 

Oscar est un garçon de 9 ans comme les autres... ou presque ! Dans le mystérieux parc de Cumides, il a trouvé un pendentif magique qui lui donne un pouvoir incroyable : il peut voyager à l’intérieur de n’importe quel être vivant pour le soigner !

 

 

Tome 3 : Le Grimoire-qui-sait-tout

À partir de 8 ans.

Quand des aventures palpitantes, magiques et drôles... mais à l’intérieur du corps humain ! Histoire de se sentir bien dans son corps et de ne jamais en avoir peur. En 2009, la saga d’Oscar Pill est publiée, elle fera voyager les ados du monde entier. Aujourd’hui, grâce à Oscar le Médicus, c’est au tour des plus jeunes d’embarquer pour ce voyage magique, et de découvrir leur corps comme ils ne l’ont jamais vu...

 

Accompagné de ses amis Valentine et Lawrence, Oscar explore la belle demeure du parc de Cumides à la recherche du troisième objet magique qui complètera son coffre vert… Mais le majordome Bones les surprend et Oscar et ses amis n’ont d’autre choix que de se cacher dans le corps du chauffeur Jerry, surpris en pleine sieste. Malheureusement, les trois enfants ont atterri dans la bouche de Jerry. Non seulement ça sent très mauvais à cause d’une vilaine carie, mais en plus de ça les PréMol R et les Mol R – les terrifiants gladiateurs des mâchoires – les prennent pour de vulgaires morceaux de viande et ordonnent qu’ils soient broyés. Heureusement, Oscar peut compter sur sa cape et son pendentif magiques pour leur échapper et l’aider à rapporter de son étrange voyage le Grimoirequi- sait-tout, l’objet magique tant convoité.

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy