Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

Les dossiers de Conseil-Psy
Pile Poil

 

Collection Les yeux écarquillés


Pile Poil aborde cette quête permanente qui nous anime tous : l'envie d'être celui que nous ne sommes pas.
Serait-on plus heureux dans la peau de quelqu'un d'autre ?

Tous le monde à l'impression que les autres ont plus de chance, qu'ils sont plus intelligents, plus beau, plus adaptés.

Parce que quand Pile Poil change d'axe, quand il voit les choses d'un autre point de vue, qu'il se met à la place de l'autre animal (panda, tortue, girafe etc...), il réalise que cette existence souhaitée n'est pas aussi facile et enviable qu'il le pensait !

C'est à ce moment-là qu'il apprécie ce qu'il est, ce qu'il a, et commence enfin à s'aimer et à mieux comprendre les autres...

 

Les P'tits Bérets, maison d'édition jeunesse fondée en 2010,imaginent des livres qui plaisent aux enfants de 18 mois à 12 ans. Ceux-ci font la part belle à la tolérance, au libre-arbitre et au respect des différences tout en développant l'imaginaire. Ils accompagnent les grandes étapes de la vie et de l'enfance pour aider à grandir et à réfléchir par soi-même.
 

Les collections

  • La tête sur l'oreiller : Des albums drôles ou poétiques pour développer l'imaginaire dès 2 ans et demi.

  • Sur la pointe des pieds : Des initiations graphiques et littéraires dès 2 ans.

  • A grands pas : Des albums pour grandir et réfléchir dès 7 ans.

  • L'eau à la bouche : Des albums qui initient les enfants au goût, à la gourmandise, aux produits, à leur histoire, au bien-manger et au plaisir de la découverte gustative et littéraire.

  • A p'tits pas : Des albums pour les tout-petits dès 18 mois.  

  • Le Palpitant : Une collection dédiée à la poésie et à la musique pour faire battre le cœur en rythme.

  • Les Mains vertes : Une collection pour mieux comprendre le monde qui nous entoure sous forme de documentaires ou de récits illustrés. Pour parler ensemble d'environnement, de citoyenneté ou de développement personnel.

  • Génial Mon école part : Des romans graphiques drôles et réalistes sur les voyages scolaires, écrits et illustrés par Laurent Audouin pour les écoliers dès 7 ans.

     

http://www.lesptitsberets.fr 

 

 
Les Emotions Émois... et moi dans tous mes états

 

Ouvrage édité sous le parrainage de Boris Cyrulnik, neuro-psychiatre, Directeur d'enseignement à l'Université de Toulon.
 

Tout au long de la vie, les émotions jouent un rôle capital dans notre équilibre personnel et nos comportements. Elles conditionnent également nos relations avec les autres.

Les émotions sont souvent difficiles à appréhender, même une fois adulte. Pourtant l'enfant a besoin du soutien de l'adulte pour les comprendre et pour apprendre à y répondre de façon appropriée. 

Apprendre à l'enfant à reconnaitre ses émotions c'est l'inviter à se mettre à l'écoute de son propre corps pour l'aider à mieux gérer ses ressources émotionnelles et relationnelles. 

C'est un ouvrage qui s'adresse à l'enfant et à son entourage adulte pour l'invitaer à parler de ses émotions. A lire ensemble pour passer un temps de partage convivial et constructif, l'occasion pour l'enfant de s'approprier des notions importantes qui lui permettront de mieux répondre à ses besoins.

 

Les P'tits Bérets, maison d'édition jeunesse fondée en 2010,imaginent des livres qui plaisent aux enfants de 18 mois à 12 ans. Ceux-ci font la part belle à la tolérance, au libre-arbitre et au respect des différences tout en développant l'imaginaire. Ils accompagnent les grandes étapes de la vie et de l'enfance pour aider à grandir et à réfléchir par soi-même.
 

Les collections

  • La tête sur l'oreiller : Des albums drôles ou poétiques pour développer l'imaginaire dès 2 ans et demi.

  • Sur la pointe des pieds : Des initiations graphiques et littéraires dès 2 ans.

  • A grands pas : Des albums pour grandir et réfléchir dès 7 ans.

  • L'eau à la bouche : Des albums qui initient les enfants au goût, à la gourmandise, aux produits, à leur histoire, au bien-manger et au plaisir de la découverte gustative et littéraire.

  • A p'tits pas : Des albums pour les tout-petits dès 18 mois.  

  • Le Palpitant : Une collection dédiée à la poésie et à la musique pour faire battre le cœur en rythme.

  • Les Mains vertes : Une collection pour mieux comprendre le monde qui nous entoure sous forme de documentaires ou de récits illustrés. Pour parler ensemble d'environnement, de citoyenneté ou de développement personnel.

  • Génial Mon école part : Des romans graphiques drôles et réalistes sur les voyages scolaires, écrits et illustrés par Laurent Audouin pour les écoliers dès 7 ans.

     

http://www.lesptitsberets.fr 

 

 
Les « accros » au sport ont trois fois plus souvent des problèmes d'alcool que les non « accros »

Observatoire « Les Français et l'alcool » / Edition 2016
Les « accros » au sport ont trois fois plus souvent des problèmes d'alcool que les non « accros »

L'Observatoire 2016 « Les Français et l'alcool », conduit par la Fondation pour la recherche en alcoologie, a analysé la relation entre l'activité physique et la consommation d'alcool*. Elle montre qu'il existe une relation entre l'addiction au sport** et une consommation problématique d'alcool. Pour le professeur Philip Gorwood, président du comité scientifique de la Fondation, « les addictions sont extraordinairement comorbides, c'est-à-dire facilement associées. L'association sport et alcool est intuitivement peu compatible, on serait donc plutôt en présence d'une consommation excessive de type " 3ème mi-temps" » », avec des facteurs de risque commun aux deux addictions. Les autres questions de l'enquête 2016 portent sur les connaissances pratiques liées à l'alcool et les comportements lors de situations à risque (lors des sorties et pendant la grossesse).

Une moitié environ des Français déclare faire du sport de manière régulière (52 %) alors que l'autre n'en fait pas (48 %). La pratique régulière est plus souvent le fait d'hommes, plus jeunes et plus souvent actifs que les non-pratiquants. La mesure de l'addiction au sport (test EIA) et de la détection des problèmes d'alcool (test DETA) montre que 5 % des personnes interrogées présentent les critères d'une addiction au sport et 15 % ceux d'une consommation problématique d'alcool. 

Les personnes qui déclarent une activité physique régulière ont plus souvent une fréquence de consommation élevée (au moins hebdomadaire) mais moins souvent des problèmes d'alcool. En revanche, les personnes présentant les critères d'une addiction au sport sont presque trois fois plus nombreuses à montrer les signes d'une consommation problématique d'alcool (11 % contre 4 %). 

Les autres résultats de l'Observatoire 2016 montrent que les connaissances pratiques essentielles à la maîtrise de sa consommation restent encore mal connues par les Français (équivalence en teneur d'alcool entre les différentes boissons alcoolisées, repères de consommation problématique). Dans le même temps, les Français semblent adopter un comportement de prudence : la pratique du conducteur désigné (SAM) est adoptée systématiquement par 6 personnes sur 10 lors des sorties en voiture et plus de 7 personnes sur 10 recommanderaient à une femme enceinte une consommation d'alcool égale à zéro. Ces résultats sont stables par rapport aux données recueillies dans le cadre de l'Observatoire 2014.
xxx

* Cette étude sera présentée notamment dans le cadre de la journée scientifique de la Fondation organisée le 29 septembre à Paris sur le thème : « Le sport, facteur de protection ou d'exposition au risque alcool ? ».
** Appelée aussi « bigorexie » l'addiction au sport est reconnue comme une maladie depuis septembre 2011 par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS)

A propos de l'Observatoire « Les Français et l'alcool » 

L'Observatoire est conduit régulièrement depuis 2006 auprès d'un échantillon représentatif de Français âgés de 18 ans et plus dans le cadre d'une enquête Omnibus. L'Observatoire alterne des questionnaires de connaissance et d'opinion sur l'alcool. Il se propose aussi d'explorer des questions thématiques (alcool et sports, alcool et route, alcool au travail, etc.). Il vise ainsi à dresser un état actualisé des connaissances, des opinions et des attitudes des Français vis-à-vis de l'alcool. 

L'édition 2016 été réalisée par GFK ISL CR France, entre le 13 et le 21 juin 2016, auprès de 2002 individus, âgés de 18 ans et plus, issus du Panel Online GfK ISL, qui ont répondu en ligne à l'enquête (selon la même méthode qu'en 2014, les précédents Observatoires ayant été en revanche réalisés en face-à-face ce qui limite les comparaisons dans le temps).


Récemment créée, la Fondation pour la recherche en alcoologie a pour vocation de développer et partager la connaissance sur l'alcool. Fondation sous l'égide de la Fondation de France, reconnue d'utilité publique, ses missions sont de soutenir la recherche et de faire connaître les savoirs sur ce thème avec l'ambition de contribuer à l'amélioration de la santé publique. 

La Fondation initie et participe à toutes les recherches jugées pertinentes en sciences biomédicales et/ou en sciences humaines et sociales en rapport direct ou indirect avec l'alcool. Elle s'attache également à la communication et à la discussion de leurs résultats.


Principaux résultats

Observatoire 2016 « Les Français et l'alcool » : 

L'Observatoire 2016 « Les Français et l'alcool », réalisé à l'initiative de la Fondation pour la Recherche en Alcoologie, s'est penché sur l'activité physique et ses relations avec la consommation d'alcool. Cette analyse sera présentée notamment dans le cadre de la journée scientifique de la Fondation organisée le 29 septembre à Paris sur le thème : « Le sport, facteur de protection ou d'exposition au risque alcool ? ».

Les résultats 2016 portent également sur les connaissances pratiques nécessaires à la maîtrise de sa consommation (équivalence entre boissons, repères de consommation) et sur les comportements lors de situations particulières (lors des sorties entre amis et pendant la grossesse).


Sport & alcool : des addictions qui peuvent s'associer

Le sport, une pratique qui divise la France en 2
Une moitié environ des personnes interrogées déclare faire du sport de manière régulière (52 %). Les Français qui déclarent pratiquer régulièrement un sport sont plus souvent des hommes (56 % versus 47 %), plus jeunes (43,4 ans versus 46,4 ans), et plus souvent actifs (59 % versus 42 %). 

Ceux qui déclarent une activité physique régulière estiment consacrer 4 heures par semaine à celle-ci. Dans ce cadre, un peu plus d'une personne sur 10 (11 %) déclare avoir eu un accident lié à son activité sportive durant les trois dernières années.

Addictions : 5 % au sport, 15 % à l'alcool 
L'addiction à l'activité physique peut être mesurée par le questionnaire (EAI) Exercise Addiction Inventory (voir en annexe). Dans le cadre de l'Observatoire 2016, 5 % des personnes interrogées présentent les critères d'addiction au sport (soit un score total supérieur à 23 au questionnaire EAI). 

Ce phénomène d'addiction au sport touche indifféremment les deux sexes, quelle que soit la taille de l'agglomération dans laquelle ils vivent. Ces Français « accrocs au sport » sont deux fois moins souvent actifs professionnellement et sont beaucoup plus jeunes (37,1 ans versus 45,3 ans). 

Pour l'alcool, le questionnaire a mesuré la fréquence de consommation d'alcool et utilisé le test DETA (voir Annexe) qui permet de détecter une consommation problématique. Selon ce test (en 4 questions), 15 % des personnes interrogées présentent un score égal ou supérieur à 2. Ce score signifie que l'on est en présence d'une consommation « à problème », qu'il convient donc de prendre en charge.

Relations sport et alcool : trois fois plus de problèmes d'alcool chez les « accros » au sport
La relation entre pratique régulière d'un sport et consommation d'alcool est complexe. Les personnes qui déclarent une activité physique régulière ont plus souvent que les autres une fréquence de consommation élevée (au moins hebdomadaire pour 57 % versus 43 %). En revanche, ils présentent moins souvent des problèmes d'alcool. Ce résultat rappelle combien la « fréquence » de consommation est un index incomplet de la consommation « à problème » d'alcool. On peut par exemple boire irrégulièrement de l'alcool et avoir des problèmes d'alcool, et inversement.

Pour les Français ayant une addiction au sport, leur fréquence de consommation n'est pas plus élevée que celle de ceux qui n'ont pas d'addiction au sport mais ils sont trois fois plus fréquemment exposés à une consommation problématique d'alcool (11 % versus 4 %). La pratique sportive en état d'alcoolisation étant peu probable, les alcoolisations excessives de type « 3ème mi-temps » pourraient être impliquées. D'autre part, ceux qui sont dans l'excès le sont probablement dans plusieurs domaines.

Connaissances sur l'alcool : toujours des lacunes 

Selon l'OFDT (Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies), près de 9 personnes sur 10 (87 %) parmi les 18-75 ans déclarent avoir bu de l'alcool au moins une fois dans l'année en 2014. Pourtant, les quelques informations de base sur un produit aussi familier, mais néanmoins à risque, restent peu connues.

4 personnes interrogées sur 10 ne connaissent pas l'équivalence entre les boissons.
L'équivalence entre les boissons alcoolisées, qui est véhiculée par toutes les campagnes de prévention du risque alcool, rappelle qu'aux doses servies dans les cafés, chaque boisson alcoolisée contient approximativement la même quantité d'alcool pur, soit 10 grammes, ce qui correspond à un verre « standard » ou une « unité d'alcool ».
Près de 4 Français sur 10 (38 %) pensent toujours que les verres qui leur sont présentés (ci-dessous) ne contiennent pas la même quantité d'alcool. Cette connaissance ne progresse pas depuis 2014, puisque 34 % des personnes interrogées faisaient la même erreur deux ans auparavant. On constate toujours que ce sont les plus jeunes, notamment les garçons (70 % des 18-24 ans), qui se trompent le moins. 

Les repères de consommation à moindre risque : 
Les repères de consommation d'alcool à moindre risque ont été formulés à l'usage des professionnels de santé afin de faciliter le repérage des consommations, d'une part, et du grand public, aux fins de prévention des consommations d'autre part. En France, les repères sont les suivants : une consommation de 3 unités d'alcool maximum par jour pour les hommes, 2 unités d'alcool maximum par jour pour les femmes, 4 unités d'alcool maximum en une seule occasion, au moins un jour sans alcool par semaine. L'abstinence est bien sûr recommandée dans les situations à risque : en cas de grossesse, au travail, lors de la prise de médicaments...

En ce qui concerne ces repères chez les hommes, seules 29 % des personnes interrogées les connaissent (ou en tout cas le déclarent de manière correcte), 46 % le situent en-dessous de trois verres et 24 % le surestiment (en le situant au-delà de 3 verres par jour, dont 14 % au-delà de 4 verres par jour). Ces chiffres sont globalement stables comparés à ceux de 2014.

Ces repères de consommation à moindre risque chez les femmes sont cités avec exactitude par 44 % des personnes interrogées, et en dessous de deux verres par 28 %. A peu près la même proportion d'interviewés propose par contre des seuils au-dessus de 3 verres par jour. On remarque donc que le seuil féminin est mieux apprécié (ou deviné), bien que dans les deux cas ces repères quotidiens restent insuffisamment connus dans tous les cas.

Comportements : les Français se déclarent plutôt prudents

Le conducteur désigné : systématique pour 6 Français sur 10
Si l'on exclut de l'échantillon ceux qui ne boivent jamais d'alcool ou ne sortent pas en voiture, 6 Français sur 10 (61 %) déclarent désigner systématiquement un conducteur qui ne boira pas pour ramener les autres (Si vous sortez en groupe et en voiture (en famille, entre amis, entre collègues ou autres), décidez-vous ensemble à l'avance que l'un d'entre vous ne boira pas d'alcool afin de pouvoir prendre le volant au retour ?). Ce chiffre est stable depuis 2014 (63 %).

Un quart des personnes interrogées déclarent adopter « souvent » le principe du conducteur désigné (25 %).  Il reste toutefois 12 % des personnes interrogées qui désignent « rarement » ou « jamais » un conducteur sobre. Ce sont les hommes de 35 à 49 ans et ceux de plus de 65 ans qui sont les plus réticents à appliquer le principe du conducteur désigné. 

Les consommateurs les plus fréquents (consommation quotidienne plutôt qu'hebdomadaire par exemple) pratiquent moins le conducteur désigné, de même que ceux qui présentent les signes d'une consommation problématique d'alcool (49 %, contre 65 % qui n'ont pas de problèmes).    

Le « zéro alcool pendant la grossesse » connu par 86 % des jeunes femmes
Les trois quarts des Français (75 %, contre 72 % en 2014) conseilleraient à une femme enceinte de ne pas boire du tout pendant sa grossesse. Un peu plus de deux sur 10 (22 %, contre 26 % en 2014) se trompe en répondant « qu'elle peut boire un verre de temps en temps, mais pas plus ».  Seulement 1 % pense qu'une femme enceinte peut boire régulièrement, mais modérément, en évitant l'ivresse. 

A noter que 86 % des jeunes femmes de 18 à 24 ans et 80 % de celles qui ont entre 25 et 34 ans savent qu'il ne faut pas du tout consommer d'alcool pendant la grossesse. C'est parmi les personnes plus âgées (de 50 à 65 ans), et notamment les hommes, que la connaissance du « zéro alcool pendant la grossesse » est la moins répandue (67 % seulement des hommes de 65 ans et plus).

Ceux qui ignorent cette consigne ignorent aussi plus souvent l'équivalence entre les boissons alcoolisées (27 % versus 22 %). Et plus la consommation est fréquente, moins la recommandation est reconnue (39 % pour les consommations quotidiennes, 11 % pour les consommations mensuelles). Enfin, les personnes ayant des problèmes d'alcool sont aussi moins souvent informées (23 % versus 29 %). 



ANNEXE

Questionnaire Exercise Addiction Inventory

Voici plusieurs phrases qui concernent l'exercice physique. Indiquez, pour chacune, si vous n'êtes pas du tout d'accord, pas d'accord, ni d'accord ni pas d'accord, d'accord ou tout à fait d'accord.

1-    L'exercice physique est la chose la plus importante dans ma vie
2-    Le temps passé à mes exercices physiques a provoqué des situations conflictuelles avec ma famille et/ou mon partenaire
3-    J'utilise l'exercice physique comme une manière de modifier mon humeur
4-    Avec le temps, j'ai augmenté la quantité d'exercice physique que je réalise en une journée
5-    Si je rate une séance d'exercice physique, je me sens de mauvaise humeur et irritable
6-    Si je diminue la quantité d'exercice physique que j'effectue, lorsque je reprends, je retrouve toujours la même fréquence qu'auparavant

Chaque réponse est notée de 1 à 5. 
1 = pas du tout d'accord
2 = pas d'accord
3 = ni d'accord, ni pas d'accord
4 = d'accord
5 = tout à fait d'accord. 
Un score supérieur à 23 indique que la personne présente des signes d'addiction au sport.


Test Alcool DETA

Quatre questions auxquelles on répond par oui ou par non :
1. Avez-vous déjà ressenti le besoin de diminuer votre consommation de boissons alcoolisées ?
2. Votre entourage vous a-t-il déjà fait des remarques au sujet de votre consommation ?
3. Avez-vous déjà eu l'impression que vous buviez trop ?
4. Avez-vous déjà eu besoin d'Alcool dès le matin pour vous sentir en forme ? 
RESULTATS : 
•    Score inférieur à 2 (au plus : 1 seule réponse positive) : consommation occasionnelle et modérée, la personne peut facilement se passer d'alcool sans que cela n'entraîne aucun malaise.
•    Score supérieur ou égal à 2 : la consommation est excessive, il faut la réduire sans tarder pour ne pas évoluer progressivement vers la maladie alcoolique. La plupart du temps, son entourage proche s'est rendu compte de son état.

 
Vous serez mon peuple et je serai votre Dieu

Conçu sous la direction de François Lestang, Marie-Hélène Robert, Philippe Abadie tous trois professeurs à l’Université Catholique de Lyon – et Marc Rastoin (Facultés jésuites de Paris – Centre Sèvres et Institut Pontifical Biblique (Rome), cet ouvrage est le fruit du XXVe congrès de l’ACFEB. En 2014, l’Association Catholique Française pour l’Étude de la Bible a réuni biblistes, historiens et théologiens renommés, juifs et chrétiens afin de relire les textes majeurs de l’Ancien et du Nouveau Testament abordant la thématique du « Peuple de Dieu » et de réfléchir à ses implications pour aujourd’hui. 

Points forts de l’ouvrage:

- La notion de « Peuple de Dieu », fortement valorisée lors du concile Vatican II, comporte toutefois des ambiguïtés, communautaires ou théologiques.

L’ouvrage que voici procède donc à une enquête exégétique et théologique sur les rapports à Dieu, à soi et aux autres nations induits par cette notion.

- Les questions théologiques soulevées ici s’adressent tout autant aux juifs qu’aux chrétiens.

- Cette réflexion permet de mieux comprendre pour aujourd’hui les réalisations historiques de la promesse, mais aussi son orientation universelle et sa dimension eschatologique.

- Contributions de Philippe ABADIE, Jean-Noël ALETTI, Dominique ANGERS, Stéphanie ANTHONIOZ, Stéphane BEAUBEUF, Katell BERTHELOT, Daniel BOYARIN, Simon BUTTICAZ, Marie-France DION, Bernard GOSSE, Christian GRAPPE, AntoineGUGGENHEIM, Christine JAMIESON, Rivon KRYGIER, François LESTANG, Didier LUCIANI, Pierre de MARTIN DE VIVIÉS, Jean MASSONNET, Marc RASTOIN, Marie-Hélène ROBERT, Céline ROHMER, Thomas RÖMER, Jean Louis SKA, Claude TASSIN, Jacques VERMEYLEN (†), Catherine VIALLE.

 

- Cet ouvrage s’adresse à un public averti -

 
Dieu derrière la porte La foi au delà des confessions

 

Simon-Pierre Arnold, moine bénédictin d’origine belge, vit au Pérou dans une zone parmi les plus pauvres de l’Altiplano. Théologien et docteur en sciences de la communication, il a été responsable de l’équipe de théologiens de la Confédération latino-américaine des religieux et religieuses (CLAR). Il a fondé le Centre des spiritualités Emmaüs, l’Institut d’études des cultures andines, les revues Inculturación et Diálogos A.

Points forts de l’ouvrage :

  • L’auteur développe un des traits les plus provocateurs des nouveaux paradigmes comme celui de l’existence de Dieu: Dieu n’a plus de place aujourd’hui.

  • Il s’engage à relever le défi de préparer le terrain pour une nouvelle parole de foi dans le contexte actuel : et si cette non-nécessité de Dieu était la véritable condition de son sens ?

  • Que signifiera dans l’avenir être croyant?

  • Marqué par la théologie négative (Pseudo-Denys l’Aréopagite, Maître Eckhart, etc.), l’auteur entend forger une parole encore inédite à partir de notre tradition historique, charismatique et mystique.

Cet ouvrage s’adresse à un public motivé

 
<< Début < Précédent 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 Suivant > Fin >>

Page 25 sur 449

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

Le risque d'autisme chez l'enfant augmenterait avec l'âge de la mère.

Une étude américaine réalisée sur plus de cinq millions de naissances révèle que le risque d'avoir un enfant autiste croît avec l'âge de la mère alors que l'âge du père semble avoir moins d'influence.

L'étude de l'Université de Californie, publiée dans le numéro de février 2010 de la revue "Autism Research", montre que les mères âgées de plus de 40 ans ont 50% plus de risques de mettre au monde un enfant atteint d'autisme que les mères âgées de 20 ans.
Chez les pères de plus de 40 ans, le risque est supérieur de 36% à celui des hommes de 20 ans.

Toutefois, le message le plus important est que le risque pour une femme de plus de 40 ans de donner le jour à un enfant autiste reste inférieur à 4 pour 1.000.

"Bien que l'âge des pères puisse constituer un facteur de risque, ce risque est éclipsé par l'âge de la mère", constate le principal auteur de la recherche, contredisant ainsi de récents travaux suggérant que l'âge du père jouait un rôle plus important que celui de la mère.

L'âge du père serait un facteur de risque probant uniquement dans les cas où la mère est jeune, révèle cette nouvelle étude. Chez les mères de moins de 25 ans, les cas d'autisme de l'enfant étaient deux fois plus courants lorsque le père était âgé de plus de 40 ans.

Pour de nombreux chercheurs et spécialistes de l'autisme, cette nouvelle étude s'avérerait plus concluante que les précédentes, car elle nous dresse un tableau plus complet de ce qui se passe, notamment grâce à son large échantillon.

Les conclusions de l'étude sont en effet basées sur les 5,6 millions de naissances survenues en Californie entre le 1er janvier 1990 et le 31 décembre 1999, et notamment sur 13.000 cas d'autisme diagnostiqués avant l'âge de six ans.
Chez 12.159 des enfants atteints d'autisme, l'âge des deux parents était connu. Des facteurs tels que l'éducation et la couleur des parents ont également été pris en compte, car ils peuvent avoir une influence sur le diagnostic.

L'autisme est un trouble du développement qui se traduit par des troubles plus ou moins sévères du comportement, de communication et de sociabilisation. Selon des chiffres récents, un enfant sur 100 serait atteint d'autisme aux Etats-Unis, ce qui révèle une nette augmentation ces dernières années.

De nombreux spécialistes estiment que cette augmentation est le reflet d'un meilleur dépistage de la maladie et d'une prise en compte plus étendue de l'ensemble des troubles du spectre autistique.

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy