Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

Les dossiers de Conseil-Psy
Erzsébet Báthory, la légende sanglante

par Guillaume Denis

 

21 août 1614, château de Cséjthe en Hongrie orientale. Une femme âgée de 54 ans, d’une troublante beauté, rend son dernier souffle dans l’obscurité la plus absolue de la pièce dans laquelle elle a été emmurée trois ans plus tôt par le tribunal.

La comtesse Erzsébet Báthory avait été condamnée pour plusieurs dizaines, voire centaines de meurtres de jeunes servantes, préalablement soumises à des tortures et sévices sadiques. La légende avance même le chiffre de 650 victimes.

Son mobile ? Sa supposée fascination pour le sang de ces jeunes femmes, censé assouvir son obsession de beauté et de jeunesse éternelles.

Mais, de la réalité à la légende, il n'y a qu'un pas. Alors Erzsébet Báthory était-elle vraiment la tueuse en série la plus active de toute l'histoire, ou bien la victime d'un terrible complot politico-religieux ?

Cet ouvrage lève le voile sur la légende sanglante de l'illustre comtesse Erzsébet Báthory.

Guillaume Denis est né en 1978 à Saragosse en Espagne.

Ayant grandi en France, il suit un cursus scientifique (classe préparatoire et école d'ingénieur) et mène, depuis 2001, une carrière d’architecte informatique pour le compte d’Airbus, à Toulouse.

Intrigué depuis toujours par les tueurs en série (au sens large) contemporains ou historiques, et passionné de musique, en particulier de metal extrême, il s'intéresse aux thèmes et personnages communs à ces deux domaines.

De là s’est imposée l'écriture de ce livre sur la comtesse Báthory, afin de rétablir un fond de vérité sur son histoire, tant déformée par la légende, qui a traversé les siècles jusqu'à nous.

 
Nourrir la vie

Ouvrage de Patricia Duchateau

Pendant leur grossesse, les femmes sont souvent à la recherche de tout ce qui va les aider, elles et leur bébé, à se sentir bien… Entre cuisine « bien-être » et cuisine « thérapeutique », Patricia Duchateau, sage-femme diplômée en acupuncture, les met sur la voie de la diététique traditionnelle chinoise. Conçues à partir des principes de cette médecine millénaire, mais avec des produits occidentaux, les recettes proposées – faciles à réaliser – permettent de prévenir ou de résoudre les petits maux de la grossesse, tels qu’aigreur, constipation ou nausées, ainsi que les problèmes de poids de la mère ou de son fœtus. Au-delà, elles sont pour les futures mamans un moyen d’être actives dans l’entretien de leur santé, de reprendre contact avec leur corps et de chouchouter leur bébé à venir.

Un guide spécialisé, mais accessible

En une vingtaine de pages agréables à lire, l’auteure résume d’abord l’essentiel de la nutrition pendant la grossesse en Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC).

Elle introduit de manière très didactique les notions essentielles : le Yin/le Yang, les cinq éléments (Eau, Bois, Feu, Terre, Métal), les méridiens, les qualités des aliments (acide, amer, doux, piquant ou salé ; froid, chaud ou neutre, etc.). Simplifié mais non simpliste, le contenu de ce guide – le premier s’adressant à des non-initiés – a été entièrement validé par Jean-Marc Eyssalet, spécialiste incontesté dans ce domaine.

Cuisinière chevronnée, l’auteure propose, en se basant sur les principes de cette diététique traditionnelle chinoise, des plats du quotidien adaptés aux besoins de la femme enceinte et aux goûts de ses patientes. C’est donc à partir de produits occidentaux qu’elle a conçu ses recettes.

 Au menu des premières semaines de la grossesse, on évitera par exemple les épices, le piment ou le radis noir (piquants), tandis que les patates douces, le poulet et le riz (doux) seront particulièrement bienvenus. Pour cette période, on pourra ainsi se régaler de « Patates douces et [d’un] travers de porc à la vapeur ». Pratique, le guide présente conseils et recettes par mois lunaire (selon la MTC, la gestation se découpe en 10 mois lunaires de 28 jours chacun). Et avec les différents classements disponibles en fin d’ouvrage (voir fiche technique au verso), tous les outils sont fournis pour pouvoir se lancer et inventer ses propres recettes.

La fin de l’ouvrage aborde la nutrition pour traiter les petits maux de la grossesse. Par exemple, en cas de nausées et vomissements, il conviendra notamment d’adopter (sans en abuser) la tisane de gingembre frais, de manger moins mais plus souvent, d’éviter les aliments gras et ceux de nature « froide et fraîche».

Dans la plus pure tradition philosophique asiatique, la praticienne ouvre par ailleurs quelques portes vers une approche englobant bien-être physiologique et psychologique en proposant un chapitre sur la respiration, en parsemant son ouvrage d’extraits de poèmes chinois anciens dédiés à la femme enceinte et en gardant au fil des pages un ton rassurant et protecteur. Comme elle le ferait dans le cadre de ses consultations, elle accompagne avec bienveillance les femmes enceintes – et, s’ils aiment cuisiner, leurs conjoints –, en leur donnant toute la confiance nécessaire pour mettre en pratique le Yang Sheng (littéralement « nourrir la vie », voir au verso). Elle met d’ailleurs à leur disposition une adresse e-mail : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Désireuse de diffuser le plus largement possible cette médecine bienfaitrice, qu’elle considère comme un vrai complément de la médecine occidentale (et non un remplaçant de celle-ci), elle est aujourd’hui également présidente de l’ASFANO (Association des Sages-Femmes Acupuncteurs du Nord-Ouest), une structure créée avec plusieurs collègues pour promouvoir la pratique de l’acupuncture dans leur profession.

 
Cannabis médical, du chanvre indien au THC de synthèse

Ouvrage de Michka et Collectif

Présentation

Depuis des siècles, les peuples ont fait un usage médical du chanvre et du cannabis. Aujourd’hui, l’industrie pharmaceutique développe des médicaments à base de cannabinoïdes qui s’appuient sur une nouvelle vague d’études.

Mais l’information sur le sujet reste faible, même parmi le corps médical.

Malgré des résistances encore très fortes, les législateurs commencent pourtant à entendre les malades et à leur accorder la possibilité de recourir au cannabis pour se soigner. Des associations s’organisent pour en donner l’accès à ceux qui en ont besoin.

Cannabis médical fait le point, avec de grands spécialistes internationaux, sur les enjeux médicaux et sociétaux, les diverses législations, les avancées thérapeutiques, les nouvelles spécialités pharmaceutiques et les moyens de les obtenir.

Ce livre - qui ne manque pas d’humour - offre à la fois un bilan des connaissances scientifiques et une foule de renseignements pratiques. Il permettra à tout un chacun de se repérer sur une scène en pleine évolution, et de cerner les enjeux cachés de la prohibition du cannabis, alors que trois États américains viennent de légaliser le cannabis “récréatif” (qui sera distribué par des magasins d’État).

Auteure

Spécialiste des plantes, et du cannabis en particulier (une demi-douzaine d’ouvrages publiés sur le sujet), Michka réunit ici les meilleurs experts.

CannaScope

Ce livre comporte également un annuaire professionnel remis à jour chaque année, le CannaScope, qui recense les adresses, les sites Web, les salons, les festivals et plus de 250 contacts professionnels.

 

 
Abraham parle Un nouveau commencement

 

 Ouvrage de Jerry et Esther Hicks

Inédit en français, le tout premier des livres d’Abraham, célèbre ambassadeur de la loi de l’attraction.

« Notre vie est basée sur la liberté, et son but est la joie », aime à dire Abraham, la plus célèbre des entités qui s’exprime par l’intermédiaire d’un channel.

Abraham nous a fait connaître la désormais fameuse loi de l’attraction : nous sommes des aimants qui attirons à nous, en permanence, les gens et les évènements qui se situent à notre niveau vibratoire.

Pour parvenir à attirer ce que nous désirons, il est important de maîtriser nos pensées. Heureusement, pour ce faire, nous sommes dotés d’un système de navigation intérieure : nos émotions. Elles sont là pour nous guider dans une démarche de création consciente, délibérée, et nous indiquent si nous sommes alignés avec notre moi supérieur (sensation agréable) ou si nous en sommes éloignés (sensation désagréable).

Comment créer des ponts pour passer d’une pensée négative à une pensée positive ? Comment se focaliser sur la guérison pour dépasser les problèmes de santé ? Comment faire naître le meilleur dans nos rapports avec les autres ? Et même, comment éviter les catastrophes naturelles ?

Ce manuel très efficace, car riche d’astuces pratiques, permet d’accéder au niveau vibratoire où la réalité exauce nos souhaits. Il nous aide à découvrir notre plein potentiel, et à atteindre la joie.

Enthousiasmés par la limpidité et l’aspect pratique de l’enseignement spirituel d’Abraham, Jerry et Esther Hicks ont commencé à partager cette expérience dès 1986.

Forts de plus de cinq cents livres, CD et DVD, Jerry et Esther Hicks ont organisé de nombreux séminaires pour faire connaître ces enseignements. Cette philosophie du bien-être suscite un intérêt mondial chez des penseurs de pointe, qui l’ont incorporée à leurs livres, scénarios et conférences.

Traduit de l’américain par Dominique Thomas et Michka Seeliger-Chatelain.

 
CHAMPS VIBRATOIRES ET ARCHITECTURE

Ouvrage de Dominique PÉTRY-AMIEL (Ed. Dangles)

Architecte chevronné, Dominique Pétry-Amiel propose de se rapprocher de la connaissance ancienne des sourciers en l’appliquant à l’équilibre environnemental de nos habitations, ouvrant ainsi sur une architecture de proximité : lieu du sommeil, lieu du travail, lieu de l’ordinateur…

Il propose une méthode originale de conception architecturale s’appuyant sur ses recherches personnelles et plusieurs années d’expérience : la quête réaliste des conditions de bien-être optimales pour les habitants, basée sur l’analyse de la construction elle-même et de son terrain d’assiette.

 
<< Début < Précédent 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 Suivant > Fin >>

Page 25 sur 329

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

Préparer son enfant à l'arrivée d'une petite soeur ou d'un petit frère

 

Pas simple pour un enfant de partager papa et maman, alors que jusqu’à présent, il était le seul bénéficiaire de l’amour et de l’attention de ses parents.


C’est souvent en premier lieu de la rivalité qui est d’abord ressentie par l’aîné à l’égard du bébé.
Les parents ont expliqué à leur enfant qu’il allait bientôt avoir une petite sœur ou un petit frère, mais souvent c’est abstrait pour lui et donc il a du mal à croire à cette grande nouvelle. Bien sûr, la maman a eu un gros ventre, mais d’ici à ce qu’il en sorte un bébé….cela est difficilement concevable pour un jeune enfant. Un jour, pourtant, la maman part quelques jours à la maternité et revient avec un bébé. Si c’est possible, il est important que l’enfant aille visiter sa mère et son frère ou sa sœur à la maternité. C’est un bon endroit et le bon moment pour faire les présentations. Quel choc si l’aîné est envoyé dans la famille et rentre à la maison pour trouver « l’intrus » déjà installé !

Au début, la mère est fatiguée et s’occupe surtout du nouveau-né ; elle demande à son aîné de ne pas toucher le bébé et de ne pas faire trop de bruit. Pourtant toute cette nouveauté est intéressante et attirante !! Il serait amusant de faire bouger ce petit corps, de lui ouvrir les yeux, de l’inciter à jouer aux voitures, poupées …. L’enfant est très curieux et a besoin d’un contact physique avec le bébé. C’est sa façon d’en prendre possession et ainsi de pouvoir affirmer devant les étrangers « c’est mon bébé ». Cependant, la sécurité du bébé est primordiale et il faut donc retenir l’enfant pour protéger le petit être encore très fragile. Il faut d’autant être vigilant que l’aîné peut très bien pratiquer des jeux agressifs sans s’en rendre compte.

L’aîné aura certainement l’impression d’être négligé et en sera déçu, peiné ; la mère lui accorde fatalement moins de temps. Celui-ci en éprouvera très souvent de la jalousie. Les parents doivent donc faire très attention au favoritisme, et rassurer l’aîné en lui témoignant fréquemment leur affection. Il faut également penser à lui consacrer du temps rien que pour lui. Si maman s’occupe de bébé, alors papa peut emmener l’aîné en promenade ou jouer avec lui, rien que tous les deux (ou inversement).

Chez certains aînés, la venue d’un nouveau-né lui donne envie d’être traité comme lui, et en conséquence il pourra régresser dans certaines activités. Il s’agit pour les parents d’ accepter ce comportement sans y attacher trop d’importance ; une attitude trop intransigeante risquerait de provoquer des conflits inutiles. C’est la façon qu’à l’enfant aîné de redevenir petit bébé et ainsi capter l’attention des parents. Normalement, tout revient en ordre assez rapidement.

L’arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur est donc parfois source de conflits, voire de contraintes pour l’aîné. Celui-ci pourra manifester ouvertement des sentiments hostiles envers le bébé. Attention aussi à l’ambivalence de l’aîné : il peut avoir envie d’embrasser le bébé avec enthousiasme mais au risque de l’étouffer. Tout cela peut être mu par un curieux mélange de tendresse et de haine. Ce qu’il faut savoir, c’est que cette agressivité est banale et les parents doivent la considérer comme une phase naturelle de ce chamboulement. Trop de nouvelles émotions arrivent chez l'enfant aîné et celui-ci peut avoir du mal à canaliser tout cela.

Petit à petit, l’aîné comprendra que ce nouveau venu ne retire rien à l’amour que lui portent ses parents, et il consentira à lui faire une place. Il faut que les parents le rassurent. L’amour des parents ne se partage pas en fonction du nombre des enfants, mais il grandit avec ll'évolution de la fratrie. De même, les parents doivent éviter de juger les actes de l’aîné sur le plan de la morale parce qu’ils ne sont ni intentionnés ni calculés. Cependant, il ne faut pas le laisser faire mais lui expliquer calmement et simplement ce qu’il est interdit de faire et pourquoi.

Parfois, l'hostilité ressentie par l’aîné peut être masquée. Elle sera parfois déguisée en indifférence exagérée. Dans ce cas-là, laissez le temps à l’aîné d’apprivoiser le bébé, de s’adapter à la nouvelle situation. Les parents ne doivent pas intervenir. Ce comportement parental est le plus judicieux. Après tout, on doit bien admettre que rien n’oblige les frères et sœurs à s’aimer. L’affection ne se commande pas ; si elle est forcée, elle ne saurait être sincère. Ainsi il est préférable de laisser le temps aux enfants de se découvrir et de s’apprécier. Ne forcez pas les choses.

D’une façon générale, faites participer l'aîné à la grossesse, aux différents préparatifs. Ensuite, après la naissance, il faut protéger le bébé contre d’éventuelles violences, mais sans pour autant culpabiliser l’aîné. Il découvrira tout seul les joies (mais aussi les peines) d’avoir un frère ou une sœur.

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy