Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

Les dossiers de Conseil-Psy
LE CANCER UN TREMPLIN VERS LA VIE

CHRISTIAN ROESCH

AVANT-PROPOS : VÉRONIQUE JANNOT

PRÉFACE : BERNARD MONTAUD

« Mon Dieu ! Oui c’est le mot du début et celui de la fin, et aussi celui du milieu, car le fil que l’on suit tout au long de ce récit, est bien cette foi incroyable en Dieu qui anime Christian Roesch au long de chaque étape de sa maladie, qu’il vit avant tout comme une guérison profonde de son être. Un chemin qui commence à l’annonce du cancer.

Une acceptation totale dès le premier instant. De tout ce qui lui arrive. De chaque douleur, de chaque épreuve, de chaque « petite mort ». Une écoute de son corps et de tous les messages qu’il lui envoie, comme des marches à gravir.

Toujours vers le haut, à la quête du divin que l’homme porte en lui. Presque heureux de comprendre le sens de ce cancer déclaré à l’estomac, où il estime avoir gâché une partie de sa relation à l’autre et aux autres avec des émotions mal gérées et des colères mal digérées. Tout n’est là que pour élever son âme. Que l’on adhère ou pas à cette démarche intérieure qui semble parfois frôler la déraison, aux interprétations qu’il donne à chaque stade de l’évolution du mal, n’est pas le problème. Devant la maladie chacun trouve ses armes et sa motivation. Les siennes étaient les meilleures pour lui et l’ont conduit vers la guérison.

Et bien au-delà, dans sa compréhension de l’univers et des hommes…

Ce qu’il a gagné sur ce chemin de douleur physique qu’il a su sublimer, est indestructible. Son témoignage est un message d’espoir et de lumière. Une leçon de courage. Il tombe mais jamais ne s’effondre, il chavire mais jamais ne sombre et n’est préoccupé que de donner de l’amour autour de lui.

Que l’on soit croyant ou pas, on ne peut qu’être interpellé par un tel parcours intérieur. C’est un miraculé et c’est juste magnifique.

Christian ROESCH, né en 1947, a été chirurgien-dentiste. Il a pratiqué des méthodes alternatives (homéopathie, acupuncture) avant de se recentrer sur la vie spirituelle.

Passionné par les textes sacrés, il donna pendant des années des conférences sur les clés de lecture de la vie. En septembre 2010, un accident de moto met fin à son activité professionnelle. Immobilisé, il fonde la revue Reflets en 2011. Puis un cancer l’incite à développer et à enseigner une méthode d’écriture donnant sens aux événements au-delà des émotions. Il est l’auteur du livre Le chemin du sourire (Éd. Édit’As, 2011).

 
Médecin Lève toi !

  

Un livre coup de poing pour remettre l’humain au coeur de la médecine

La médecine d’aujourd’hui serait-elle en passe d’avoir perdu toute son humanité ? L’empathie est-elle véritablement une perte de temps ? C’est cette question dérangeante et brûlante d’actualité que nous pose dans son nouvel ouvrage le Dr. Philippe Baudon.

Lorsqu’il diagnostique chez son épouse une tumeur cérébrale rare et particulière­ment agressive – un Glioblastome du type de celui qui emportait en 2008 le célèbre couturier Yves Saint Laurent et cet été le sénateur américain John McCain – l’auteur va soudainement basculer, passant du monde des médecins à celui des malades en souffrance et de leurs aidants, lors d’une véritable descente aux enfers. Et contraire­ment à ce que l’on pense, l’enfer, ce n’est pas la maladie.

Durant de longs mois, il sera confronté à la réalité des malades en sursis, une réali­té où le manque d’empathie flirte parfois avec une certaine forme de malveillance psychologique, la déconsidération de la notion de vie et la banalisation de la mort.

Face à un corps médical dénué de toute sensibilité, enfermé dans une carapace de protection tant émotionnelle que juridique, nous rencontrons les patients, leurs fa­milles, eux qui n’attendent qu’un regard, qu’un sourire, qu’un petit mot… Le droit à la dignité en somme.

Pour le médecin généraliste Philippe Baudon, lauréat de l’Académie nationale de médecine, certifié d’hématologie en biologie humaine et co-auteur de l’Alimentation pendant la grossesse (éditions Robert Laffont), la situation est intolérable, urgente.

Décidé à réveiller les consciences, celles des médecins d’aujourd’hui, et celles de leurs patients, tous en situation de forte crise émotionnelle, il lance l’alerte et signe Médecin, lève-toi ! à paraître début novembre aux éditions Nymphéas.

 
PARENTS-ADOS Comment se parler sans déclencher la 3e guerre mondiale ?

 

Guide utile sur l’adolescence à destination des parents et des ados !

Ambre FRANRENET CAZAUDEHORE & Jade CAZAUDEHORE

Et si l’adolescence de nos enfants n’était pas ce cul-de-sac dans lequel nous nous empêtrons, mais plutôt l’opportunité de rallumer notre flamme intérieure ? Si parents et « adultes en devenir » pouvaient être des sources d’invention réciproques ?

Ce livre est le récit intimiste qui relate sur un ton humoristique le quotidien d’Astrid, 13 ans, lorsqu’elle décide d’aller en Equateur où vit son père et… sa belle-mère ! Cet événement est le point de départ de ce livre. Co-écrit par les deux protagonistes, mêlant illustrations et extraits de journaux intimes, il s’adresse aux parents et aux adolescents. Tel un guide pratique, il comprend des conseils psy, de nombreux témoignages de parents, d´adolescents et de professionnels de l´éducation, et surtout de nombreuses astuces pour traverser au mieux cette période tourmentée.

Cet ouvrage invite chaque parent et chaque adolescent à appréhender ce passage délicat avec confiance.

Car OUI, il est tout à fait possible de vivre ensemble et agréablement cette étape : l’adolescence.

Ex-directrice marketing, Ambre Franrenet Cazaudehore s’est tournée vers l’accompagnement thérapeutique pour ouvrir un centre de bien-être en Espagne avec son conjoint.

Jade Cazaudehore est une talentueuse adolescente, en pleine transformation et en phase avec son temps.

Ensemble, elles ont choisi d’évoquer avec malice et légèreté les principaux sujets autour de l’adolescence.

 
Ma Louloute, le kit premières règles

En un an,  Ma Louloute a distribué plus de 10 000 kits en France et à l’étranger. Sa mission : accompagner, informer, et autonomiser les jeunes filles pour aborder et franchir l'étape des premières règles dans la sérénité. 

Nombreuses sont les jeunes filles pour qui l’arrivée des règles constitue une importante source d'appréhensions. En effet, 1 fille sur 2 n'a jamais osé évoquer explicitement ce sujet qui reste souvent tabou. Et, au niveau institutionnel, il peut exister une carence d’information en matière d'éducation menstruelle.

Avec le soutien d’experts médicaux et une approche pédagogique singulière, Edita Rebours, maman-entrepreneuse bretonne, a lancé Ma Louloute, un kit à destination des jeunes filles qui cherche à pallier le manque d’information et de sensibilisation aux premières menstruations.

L’idée d’un tel kit lui est venue devant la situation rencontrée par sa fille adolescente. Comme à de nombreux parents, cette dernière lui avait demandé comment agir si ses premières règles survenaient à l’école. Pour y remédier, Edita Rebours a conçu une trousse clé à main pour aider les jeunes filles à franchir cette étape avec sérénité.

Le kit Ma Louloute contient des serviettes hygiéniques, un calendrier menstruel et un livret pédagogique, le tout assemblé en Bretagne au sein d’une structure d’insertion par l’activité économique qui emploie des personnes en situation de handicap.

En un an, 10 000 kits Ma Louloute ont été distribués en France, mais aussi à l’étranger, et les demandes affluent de la part de professionnels de santé, d’infirmières scolaires ou d’enseignants

Edita Rebours s’inscrit plus largement dans un enjeu de santé publique et communautaire : permettre à toutes d'accéder à ces produits de première nécessité, développer une éducation à l’hygiène menstruelle de qualité et décomplexer la parole des jeunes filles.

Pour y parvenir, Ma Louloute va mener une série de concertations pour lancer des partenariats innovants avec la sphère publique et associative, en France et à l'international.

 

Le kit premières règles est disponible en ligne sur le site www.ma-louloute.com/

 
Une vie heureuse et réussie

Ouvrage de Rodolphe OPPENHEIMER

« Ce livre va vous surprendre et vous allez adorer la nouvelle personne que vous serez devenue après l’avoir lu. »

Psychanalyste, Rodolphe Oppenheimer recourt aux Thérapies Comportementales et Cognitives pour atténuer les symptômes de la souffrance dans l’immédiat et à la psychanalyse pour remonter aux racines du mal qui peut nous envahir.

Dans son livre précédent, Peurs angoisses phobies, par ici la sortie (éditions Marie B 2017) ce praticien nous faisait part de son expérience clinique, ses recherches et travaux sur la réalité virtuelle comme voie de libération des addictions, phobies et du trouble anxieux généralisé.

Il se penche aujourd’hui sur des sujets qui peuplent votre vie quotidienne car vous êtes tous confrontés à des contrariétés, à des obstacles, des addictions, et il n’est pas toujours facile de jouer juste sur un instrument désaccordé. Cet ouvrage vous donnera les clefs pour vous libérer des grandes toxicités de la vie.

L’auteur nous livre ici des solutions pour faire face, chacun à sa manière aux épreuves, aux coups de blues et aux problèmes du quotidien :

Le célibat, le couple, sa construction, son évolution, l’éducation et les relations parents enfant, la sexualité, la famille, la dépression etc.

Rodolphe Oppenheimer accompagne des personnes qui traversent des difficultés à ces moments cruciaux de leur vie pour qu’ils ressortent en phase avec leurs désirs, attentes et investis d’un bien ou mieux-être avec eux-mêmes et leur entourage. Parce qu’il ne doit y avoir aucun barrage au bonheur, ce psychanalyste de renom vous guide vers le meilleur pour chacun de vous. Tout se construit petit à petit...

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 1 sur 504

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités



Comment se faire accepter par les enfants de votre nouveau conjoint ?

 

Familles recomposées…

.....quand les couples se séparent et en forment un nouveau, cela se passe parfois mal, notamment pour les enfants. Difficile alors de vous faire accepter par l’enfant de votre nouveau conjoint(e). Comment concilier cette nouvelle relation entre adultes et l’acceptation des enfants ?


En matière de familles recomposées, toutes les situations existent ! L’arrivée d’un nouveau conjoint peut se passer plus ou moins bien. D’autant plus si chacun amène ses enfants d’une précédente union…La nouvelle « famille » se révèle bien souvent complexe et délicate à gérer... et cette belle aventure peut vite se transformer en cauchemar.

Inutile de revenir aux mythes de Cendrillon ou Blanche Neige : le grand nombre de divorces a fait émerger ce phénomène des plus actuel qu'est la famille recomposée !. Quel rôle prend chacun mais surtout la « marâtre ». Comment peut se sentir heureux dans sa nouvelle famille ? Quelles sont les relations avec les beaux-enfants ?
Pour que tout ce passe pour le mieux, il est nécessaire d’éviter les situations conflictuelles ou douloureuses et trouver l'équilibre au sein des familles recomposées. Il s’agit de trouver la bonne distance sans empiéter sur le territoire de leur parent biologique. Cette place de la femme du père (et inversement) reste à inventer. Certaines se sentent utilisées comme une « bonne », ou une « baby-sitter »ou autres dénominations peu gratifiantes. D’autres ont envie de tenir un rôle plus actif dans la famille et d’être copine ou éducatrice. D’autres encore ont l’ambition d’assumer ce rôle de mère. Peu importe l’inclinaison de chacune, la plupart du temps, la belle-mère (même la plus conciliante) se heurtera à différents obstacles.

Tout d’abord, la belle-mère (le beua-père) ne remplacera jamais la maman (le papa) des enfants. Il ne faut pas vouloir aller dans cette direction. De même, la relation « mère »-enfant est une relation à deux. Il ne suffit pas de vouloir aimer et materner les enfants pour être acceptée et mieux encore aimée par eux. Le lien doit s’établir petit à petit. Avec les enfants plus jeunes, les choses sont plus simples. Ils sont en effet en demande de câlins et alors les deux désirs se rencontrent. Par contre, avec les plus grands, et notamment les adolescents, c’est plus problématique car ils sont à l’âge où ils doivent se détacher des images parentales pour se créer leur propre identité et accéder à l’autonomie. Le fait de leur montrer de l’attachement peut leur poser problème car l’attitude maternante offerte risque d’être perçue comme une sorte d’agression. Autre obstacle, celui de la société qui, pendant longtemps, a eu un regard négatif et a réprouvé la prétention de la belle-mère à usurper la position légitime de la mère.

Autre point épineux : la représentation symbolique du lieu de vie de cette nouvelle famille. Soit celui-ci est la propriété d’un des nouveaux conjoints, ou bien c’est un lieu nouveau, neutre, décidé en commun, ce qui semble la meilleure solution pour éviter toutes les frustrations, rancoeurs…. Chacun doit se sentir chez soi. En ce qui concerne la belle-mère, sa position doit lui être attribuée par le père ou alors elle doit la conquérir tout en étant confortée par le père. En effet, cette position validée par le chef de famille, lui permet d’instituer ses propres règles, de ne pas être désavouée, et ne pas être rabaissée au rang de l’employée de maison. Bien sur, tout est implicite. Et il faut s’efforcer d’éviter tous les non-dits et faire en sorte que les responsabilités de chacun soit précisées.

Du côté des enfants, le plus souvent, ils restent avec leur mère. Quand les parents refont leur vie, l’enfant est confronté non plus à deux parents séparés, mais à trois voire quatre adultes qui exercent sur lui leur autorité. Cette situation complexe et parfois confuse peut amener l’enfant à se révolter. Les relations de ces nouvelles familles sont donc difficiles. Il faut savoir que le nouveau conjoint n’a aucun statut juridique vis-à-vis de l’enfant de l’autre. Ce qui n’exclut pas les responsabilités et les devoirs qu’il a envers lui. L’implication du nouveau conjoint dans la vie de l’enfant qui n’est pas le sien peut attiser des gros conflits conjugaux. L’enfant est donc tiraillé dans cette guerre entre conjoints ou ex-conjoints. L’autorité est flouée et l’enfant joue de ce malaise : « Tu n’es pas mon père » , est un reproche largement répandu, de même que tout ce qui touche à l’absence du parent biologique. Le nouveau compagnon ou la nouvelle compagne est souvent perçu comme un intrus, qui vient faire effraction dans la famille et son intimité. Cela peut être amplifiée si la personne est à l’origine de la séparation des parents……l’intrus devient le traître pour l’enfant.

Volontairement ou inconsciemment, celui-ci peut chercher à mettre en échec cette nouvelle relation, d’autant plus qu’il n’a pas renoncé à “raccommoder” ses parents. Ce n’est donc pas seulement en se rendant sympathique à un enfant, en lui souriant, en le couvrant de cadeaux ou encore en satisfaisant tous ses caprices, que le nouvel arrivant réussira à vivre harmonieusement avec lui.

Un mot d’ordre : laissez du temps aux enfants !

Pour éviter les conflits sans fin et trouver sa place nécessite de respecter quelques principes :

Evitez de vivre en invité dans le logement familial déserté par le père ou la mère biologique, mais proposer une concertation collective pour un nouvel aménagement de l’espace, des tâches, en tenant compte de l’existence de chacun.

Ne tentez pas de prendre la place du parent absent en matière d’affection ou d’autorité. Soyez au clair, définissez avec le parent présent et les enfants des règles de vie commune. Respectez le refus de l’enfant de se confier à vous, de vous apprécier….etc…

Surtout ne décidez pas de tout, l’enfant s’est accoutumé à avoir sa vie familiale gérée d’une autre façon. Plutôt que de tout bouleverser, mieux vaut discuter en couple, et devant l’enfant, des projets, des modifications dans l’organisation familiale. Il est nécessaire de s’adapter à l’enfant, sans pour autant s’effacer devant lui. La bonne entente n’est pas forcément là dès le début : Soyez vous-mêmes, l’enfant sentira le mensonge et perdra toute confiance en vous le cas échéant. Il faut prendre le temps de s’apprivoiser l’un à l’autre. N’oubliez pas que l’enfant n’a pas eu le choix dans ce bouleversement familial ! Inutile alors de déterrer la hache de guerre : le calme et la fermeté sont plus efficaces pour surmonter ensemble les obstacles !

Au début, les enfants sont plutôt enthousiastes, car ils voient leur père ou leur mère retrouver le sourire. Cela commence à se corser lorsque le nouveau venu vient vivre avec eux. Car cette fois, il entre dans leur territoire ! Et c’est là que les difficultés apparaissent. Tant qu’il ne franchit pas cette limite, tout le monde y trouve son compte…

Il peut aussi y avoir des situations plus difficiles dès le départ. Par exemple, lorsque le nouveau venu est à l’origine de la séparation des parents. Cela se passe souvent plus mal, car les enfants prennent instinctivement parti pour le parent délaissé.

Lorsque le divorce ou la séparation sont trop récents, trop présents, les enfants peuvent réagir de manière violente. Car au fond d’eux-mêmes, les enfants ne veulent pas que leurs parents se séparent. Il faut du temps pour qu’ils digèrent. La recomposition sera plus facile et plus solide si la séparation est ancienne, et je dirais même si le parent a connu une période de solitude. Car alors, le fait de retrouver un conjoint est vécu par les enfants comme quelque chose de positif, une sorte de soulagement.

Le nouveau conjoint est accepté plus facilement avec des enfants plus jeunes. Même s’il existe des contre-exemples. Ainsi, il peut y avoir vers 4 ou 5 ans des difficultés : les enfants sont en phase oedipienne, ils peuvent avoir des réactions plus marquées face au nouveau conjoint du sexe opposé. Chez les enfants plus âgés, la cohabitation est souvent moins aisée : il a souvent déjà vécu plusieurs années avec ses deux parents, et il peut avoir du mal à accepter le nouveau conjoint. Chez l’ados, c’est encore pire : car la notion de territoire est plus marquée. Sans compter qu’il est dans la période où il va rechercher l’opposition : le nouveau conjoint est la victime idéale de cette révolte !

En tant que parent, il vous faut faciliter cette arrivée du nouveau conjoint : il faut avant tout laisser du temps. Ensuite, il est important que l’enfant ne vivent pas le nouveau conjoint comme quelqu’un d’imposé. Il est important de créer du lien, de démarrer une relation. La première pierre de l’édifice, c’est d’abord le lien entre le nouveau conjoint et le parent : si celle-ci est solide, l’enfant va le sentir. Il est important que le couple prenne le temps de construire sa relation, puis d’inclure progressivement les enfants.

Le plus difficile, c’est lorsque l’autre parent est toujours seul, ou n’apprécie pas l’arrivée d’un nouveau conjoint. Cela crée pour l’enfant un conflit de loyauté… La meilleure recomposition, c’est quand l’autre parent reconnaît l’autre conjoint, et lui délègue même quelque chose, une partie de l’autorité parentale : il lui confère "officiellement" un statut de belle-mère ou de beau-père. Cela permet à l’enfant de ne pas se mettre en porte à faux entre les deux parents : il se sent autorisé à aimer le nouveau venu.

Quand il y a des enfants des 2 cotés, une nouvelle solidarité se crée d’instinct. Car chacun des enfants a déjà vécu la douleur de la séparation de ses parents. On a d’emblée une sorte de reconnaissance : s’ils ne sont pas frères et soeurs de sang, ils sont frères et soeurs de souffrance, et cela crée forcément des liens. En revanche, il peut y avoir des cas de conflit : si par exemple le père n’a pas la garde, et qu’il a rencontré une autre femme avec un enfant. Dans ce cas, une jalousie peut apparaître. Les enfants peuvent se sentir abandonnés par ce père, qui donne à un autre l’affection qu’il ne leur donne plus… Il est donc très important d’en parler dans ce cas et là encore, d’essayer de créer du lien.
En ce qui concerne l’enfant qui naît dans la famille recomposée, il est généralement bien accueilli : il légitime la nouvelle union. Il rassemble, c’est le ciment du nouveau foyer.

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy